Glickman et la réalité niortaise